Testez vos connaissances

Êtes-vous faits pour être correcteur ?

Être correcteur ne s'improvise pas. Être bon en orthographe est une des qualités nécessaires pour exercer ce métier, mais cela ne suffit pas, loin de là. À travers ce petit test, vous pourrez mesurer l'étendue des connaissances dont doit être doté un véritable correcteur : orthographe, grammaire, conjugaison, syntaxe, normes typographiques, culture générale...

 

Le texte suivant contient 30 fautes, que ce soit d'orthographe, de présentation, de syntaxe ou de véracité. Saurez-vous les débusquer ? Tester vos connaissances ne vous prendra que cinq minutes.

 

 

Née à Nevers, j’ais quitté mon fief natal pour silloner la France pendant mes études : Deux ans à Dijon à l’ombre de la cathédrale Sainte-Bénigne en priant pour que la buse effleurée me soit favorable ; un an à Lorient a déambulé au milieu de ses célèbres alignements de menhirs ; sept mois à Montauban à flâner en Hautes-Pyrénées, suivis de quatre mois à Vannes à savourer crêpes, phares, kouign-amann ( spécialité gourmande et caramélisée), etc…

Après ces quatres années d’études riches en enseignements divers, je suis à présent autoentrepreneuse dans le domaine de la correction depuis le 1er Septembre 2014. Un doute quand à l’orthographe de tous ces mots barbares tels que « chrisanthème », « forsythia », « hypodrome » ou encore « épitête », dignes de figurer dans la célèbre dictée de Marcel Proust ? Tout est une question d’éthymologie.

Mon rôle est de rendre un texte débarrassé de toutes ces coquines, afin qu’il soit claires et lisibles pour vos lecteurs. Je vous propose donc mes services de relecture et de correction de tout documents destinés à la publication, à à un usage professionnel, personnel ou universitaire : romans, documentaires, réponses à un appel d’offre, mémoires de fin d’année, thèses…

Ou que vous soyez sur la planisphère et dans n’importe quelle hémisphère, n’hésitez pas à me contacter !

Ci-joints, un corrigé de ce texte de présentation et des explications.

Corrigé

Née à Nevers, j'ai quitté mon fief natal pour sillonner la France pendant mes études : deux ans à Dijon à l'ombre de la cathédrale Saint-Bénigne en priant pour que la chouette effleurée me soit favorable ; un an à Lorient à déambuler au milieu des goélands et catamarans envahissant le port ; sept mois à Montauban à flâner en Tarn-et-Garonne, suivis de quatre mois à Vannes à savourer crêpes, fars, kouign-amann (spécialité gourmande et caramélisée), etc.

Après ces quatre années d'études riches en enseignements divers, je suis à présent autoentrepreneuse dans le domaine de la correction depuis le 1er septembre 2014. Un doute quant à l'orthographe de tous ces mots barbares tels que « chrysanthème », « forsythia », « hippodrome » ou encore « épitte », dignes de figurer dans la célèbre dictée de Prosper Mérimée ? Tout est une question d'étymologie.

Mon rôle est de rendre un texte débarrassé de toutes ces coquilles, afin qu’il soit clair et lisible pour vos lecteurs. Je vous propose donc mes services de relecture et de correction de tous documents destinés à la publication, à un usage professionnel, personnel ou universitaire : romans, documentaires, réponses à un appel d'offres, mémoires de fin d'année, thèses…

Où que vous soyez sur le planisphère et dans n'importe quel hémisphère, n'hésitez pas à me contacter !

Ci-joint, un corrigé de ce texte de présentation et des explications.

Explications

j'ai quitté : à la première personne du singulier au passé composé, le verbe avoir ne prend jamais de s.

sillonner : n'oubliez pas le deuxième n de sillonner !

pendant mes études : deux ans à Dijon : après un deux-points, le mot suivant ne prend pas de majuscule (sauf nom, prénom...).

la cathédrale Saint-Bénigne : Bénigne est un saint et non une sainte.

la chouette effleurée : ancienne tradition de Dijon, il suffit de poser la main sur la petite statuette d'une chouette à l'angle de l'église Notre-Dame et de faire un vœu. Qu'on ne la prenne pas pour une buse, non mais !

à déambuler : en cas de doute, nous pouvons remplacer le « a » par le verbe avoir à l'imparfait. On ne dit pas « un an à Lorient avait déambulé » : le « a » demande donc un accent. Il est toujours suivi par un infinitif, donc déambuler.

au milieu des goélands et catamarans envahissant le port : aux dernières nouvelles, il n'y a pas d'alignements de menhirs à Lorient. Ils restent bien sagement à Carnac et ne sont pas prêts d'être délogés.

Tarn-et-Garonne : chef-lieu du Tarn-et-Garonne, Montauban ne se situe pas en Hautes-Pyrénées.

crêpes, fars, kouign-amann : ne pas confondre le phare breton et le far breton ! Si le premier dirige les navires grâce à sa lumière, le second finit bien vite dans nos estomacs !

(spécialités : il n'y a jamais d'espace entre une parenthèse ouvrante et le premier mot compris dans la parenthèse. Il en va de même pour le dernier mot et la parenthèse fermante. D'ailleurs, saviez-vous que le mot « espace » en typographie est féminin ?

etc. : le mot etc. suivi par des points de suspension est un joli doublon. Etc. signifie « et les autres choses » et les points de suspension en sont un équivalent. Il est donc redondant d'associer les deux !

ces quatre années : quatre est invariable. Si vous ne me croyez pas, venez me le dire entre quat'z-yeux !

le 1er septembre 2014 : faute on ne peut plus courante, on ne met jamais de majuscule aux mois de l'année, sauf s'ils se trouvent placés en tête de phrase.

quant à : ne pas confondre « quant », locution prépositive, et « quand », adverbe interrogatif ou conjonction.

chrysanthème : le chrys de « chrysanthème » vient du grec chrysos signifiant « or ».

hippodrome : ne confondez pas la racine hipp(o)- (cheval) et hypo- (en dessous, insuffisance).

épitte : n'oubliez pas le h au mot épithète. À titre purement informatif, épithète est féminin.

la célèbre dictée de Prosper Mérimée : Marcel Proust, auteur entre autres d'À la recherche du temps perdu, n'est pas l'auteur de cette célèbre dictée. D'ailleurs, il n'aurait jamais pu croiser Mérimée puisque celui-ci est mort un an avant la naissance de Proust.

étymologie : faute récurrente chez les étudiants, étymologie ne prend pas de h.

coquilles : si les coquilles sont aussi des coquines, il n'est question ici que de coquilles.

clair et lisible : l'accord se fait avec « il », mis pour « un texte ».

tous documents : « tout » est l'un des mots les plus difficiles à maîtriser. Ici il s'accorde avec le nom « documents ».

à : lorsque l'on tape trop vite au clavier, les doublons sont monnaie courante.

appel d'offres : même au singulier, il faut un s à appel d'offres.

Où : ne pas confondre « ou », conjonction, et « où », pronom relatif ou adverbe.

le planisphère et dans n'importe quel hémisphère : ces deux mots sont bel et bien masculins.

Ci-joint : ce mot est invariable lorsqu'il est placé avant le nom, mais il varie après le nom.

 

 

Alors, quel est votre score ?

Commentaires (2)

lael marguerite
  • 1. lael marguerite (site web) | 23/05/2016
Haha bien vu, de base je suis une quiche en orthographe donc sans surprise j'ai pas tout vu même si c'est honorable, et côté géographie tout ça j'ai tout faux. Je n'avais pas pensé à cet aspect là de la correction c'est intéressant. Dans ce cas, la sf doit t'en faire baver à la correction !
clemence-chanel
  • clemence-chanel (site web) | 24/05/2016
Oh que oui ; S-F et fantasy m'en font voir de belles ! Merci d'avoir fait ce petit test. ;)

Ajouter un commentaire